Visite libre - Entrée gratuite

PROGRAMMATION


jusqu'au Dimanche 30 Août sauf le Mardi
Exposition.
Ikuru Kuwajima : Sentier
Après avoir grandi au Japon et étudié le journalisme à l'Université du Missouri (USA), Ikuru Kuwajima s'installe en 2009 dans plusieurs pays « postsoviétiques » (Roumanie, Ukraine, Kirghizistan, Kazakhstan et Russie). Il travaille depuis sur des projets photographiques et vidéo en lien avec ces régions, dans la presse, et également dans le domaine de l'édition. Il vit actuellement à Moscou.

À l'occasion de son exposition au Musée départemental des Arts asiatiques, l'artiste présente deux séries. La première intitulée « Sentier » qui emmène le public à travers 16 photographies panoramiques en noir et blanc à la frontière de l'Afghanistan et du Tadjikistan. La seconde série, intitulée « Balkhach », est composée de 6 photographies et a été réalisée en couleur au Kazakhstan dans la région du lac Balkhach..


La série « SENTIER »

La série « Sentier » est issu d'un voyage sur les hauts plateaux du Pamir, à la frontière entre le Tadjikistan et l'Afghanistan. Pris de la rive tadjik, ces panoramiques en noir et blanc font état de la beauté des paysages afghans, montagneux, grandioses et hostiles, à travers un fil directeur, l'unique sentier, inscrit dans la roche, qu'Ikuru Kuwajima choisit de suivre du regard sur des centaines de kilomètres. Celui-ci, simple trait à peine visible au flanc de masses rocheuses gigantesques, est comme le fil tendu sur lequel la vie des hommes se joue, en équilibre précaire avec les éléments naturels.

Outre la beauté du paysage, c'est aussi la disparité culturelle et économique de cette autre rive qui frappe l'artiste. La forte impression du « temps qui ne circule pas d'une rive à l'autre », la sobriété de la rive afghane face à celle tadjik plus moderne.

La série « Sentier » fut présentée en sélection officielle au festival Fotografia Europea en 2016 et aux Boutographies 2017 de Montpellier. Il fit l'objet d'une édition qui gagna le 1er prix « organised book contest » en Slovénie.



La série « BALKACH »

Les extraits de la série « Balkhach » reflètent en partie la vie des populations russes et kazakhes quelque part dans la steppe du sud-est du Kazakhstan autour du lac Balkhach et des anciennes villes militaires soviétiques de la zone de Sary-Shagan. Ce site de lancement de missiles antibalistiques durant la période soviétique est aujourd'hui en grande partie abandonné. Toutefois, des familles continuent d'y vivre ou viennent y glaner quelques pièces de ferraille au milieu de la steppe et des bâtiments délaissés..


Confirmée, c'est re-ouvert à partir du 23 mai.
jusqu'au Dimanche 27 Septembre 10h-18h (10am-6pm) sauf le Mardi
Exposition.
Le geste et la pensée, porcelaines et peintures de Bai Ming
Plasticien et céramiste à la renommée mondiale, Bai Ming est un artiste chinois originaire de la ville de Jingdezhen, berceau de la porcelaine chinoise. Ses créations, d'une grande finesse, allient tradition et modernité. L'exposition au musée des arts asiatiques est l'occasion de découvrir ses pièces aux motifs dépouillés, abstraits ou naturalistes empreints d'une grande poésie..
jusqu'au Lundi 30 Novembre 10h-17h (10am-5pm) sauf le Mardi
Exposition.
Enfers & fantômes d'Asie (Hells and Ghosts of Asia)
Une plongée dans le monde des esprits, de l'épouvante et des créatures fantastiques. C'est ce que propose l'exposition « Enfers et Fantômes d'Asie » présentée en 2018 au musée du quai Branly - Jacques Chirac. .

L'Exposition s'empare des histoires de fantômes en Asie Orientale et du Sud-Est du XVIe siècle à nos jours. Un parcours aux frontières du réel, où se croisent principalement le cinéma, l'art religieux, le théâtre, la création contemporaine, le manga ou le jeu vidéo. Des estampes d'Hokusai à Pac-Man, des peintures bouddhiques au J-Horror - cinéma d'horreur japonais des années 1990-2000 - avec le film « Ring », du culte des esprits en Thaïlande au manga d'horreur, la figure du fantôme hante l'imaginaire asiatique depuis des siècles. En Chine, en Thaïlande ou au Japon - terrains d'étude de l'exposition - l'engouement populaire pour l'épouvante est bien réel, imprégnant une grande diversité des productions culturelles. Esprits errants de la forêt, femmes-chats vengeresses, revenants des enfers affamés (« walking dead »), vampires sauteurs ou yokaïis (créatures fantastiques du folklore japonais), leurs apparitions sont multiples et se jouent des époques et des supports artistiques.

Des animations et des visites guidées de l'exposition sont proposées

Le musée départemental des arts asiatiques propose également au public de découvrir autrement cette exposition à travers de nombreuses animations : visites guidées, jeu de « chasse aux fantômes » en réalité augmentée, ateliers origami, linogravure, stop-motion, visite-lecture d'histoires horrifiques autour des œuvres....


Ouvert jusqu'à 18h en Août. Gratuit..

Le Musée des Arts Asiatiques. musee. Nice

Le Musée des Arts Asiatiques


Musee

Ouvert tous les jours sauf le mardi.
De 10h à 17h (18h en juil/aout)
Fermé les 1er jan, 1er mai et 25 déc.

405, Promenade Des Anglais
Nice

Tél. +33 4 89 04 55 20

https://maa.departement06.fr/musee-des-arts-asiatiques-13422.html
Site internet